Les joies de la banlieue

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Ven 23 Déc - 20:08

Jusqu'ici, je ne me permettais pas d'apposer un avis tranché sur le problème des émeutes en banlieues, car je considérais être trop jeune, pas assez informée, peut être pas assez intelligente d'ailleurs, pour ouvrir ma gueule à tord et à travers sur un problème que je ne maitrise pas.

Et puis je suis allée sur le blog de Mathieu Kassovitz, cinéaste que j'eusse idolatré il fut un temps pour des films comme La Haine et Assassin. Sauf que voila. Lui aussi, il a fallu qu'il l'ouvre.

Depuis quelque temps, les radios et les télévisions du monde entier essaient d’obtenir de ma part une interview à propos des événements qui secouent les banlieues de France.

Je ne peux malheureusement pas honorer toutes les demandes, j’ai donc décidé de m’exprimer sur mon site.

Aussi loin que je veux me tenir de la politique, il est difficile de rester distant face aux dérèglements des politiciens. Et quand ces dérèglements attisent la haine de toute une jeunesse, je me retiens de ne pas encourager les casseurs.

Nicolas SARKOZY, qui est apparu dans la vie médiatique française tel une starlette de la Star ac’, et qui nous abreuve des détails de sa vie privée et de ses ambitions politique depuis quelques années, ne peut s’empêcher de créer l’événement à chaque baisse de sa côte aux sondages IPSOS. Cette fois ci, Nicolas SARKOZY a pris à contre-pied tout ce que la République Française défend. La Liberté, L’égalité, et la Fraternité d’un peuple.
Le ministre de l’intérieur, futur présidentiable, tient des propos qui non seulement démontrent son inexpérience de la politique et des rapports humains (intimement liés), mais qui aussi mettent en lumière l’aspect purement démagogique et égocentrique d’un petit Napoléon en devenir.

Si les banlieues explosent une nouvelle fois aujourd’hui, ce n’est pas dû à un raz le bol général des conditions de vies face auxquelles des générations entières « d’immigrés » doivent se battre quotidiennement. Il n’y a malheureusement pas de combat politique dans ceux qui opposent les jeunes de cités à la police de Nicolas SARKOZY. Ces voitures qui brûlent sont des réactions cutanées face au manque de respect du ministre de l’intérieur envers leur communauté.
Nicolas SARKOZY n’aime pas cette communauté, il veut se débarrasser de cette « racaille » à coups de Karcher et il le hurle haut et fort au milieu d’une cité « chaude » à 11 heures du soir.

La réponse est dans la rue. La « tolérance zéro » fonctionne dans les deux sens.
Il est inadmissible qu’un homme politique (mais en est-il vraiment un ?) se permette de déséquilibrer une situation tendue par des années d’ignorance et d’injustices, et qui se permet de menacer ouvertement toute une partie de la population française sans adresser les vrais problèmes.

En agissant comme un maître de guerre, il ouvre une brèche qui j’espère va l’engloutir.
La haine attise la haine depuis des siècles et pourtant Nicolas SARKOZY pense encore que la répression est le seul moyen d’empêcher la rébellion. Cette volonté de vouloir imposer sa pensée à n’importe quel prix me rappelle d’autres grands leader de notre temps. J’en ai froid dans le dos.

L’Histoire nous prouve que le manque d’ouverture et de philosophie entre différentes communautés engendre la haine et l’affrontement. L’Intifada des différentes banlieues parisiennes ressemble effectivement aux affrontements qui ont opposés les enfants de Palestine armés de pierres, aux soldats d’Israël armés d’Uzis.
L’Histoire se retrouve partout.

Le bruit et la fureur sont les seuls moyens pour beaucoup de communautés de se faire entendre.Les attentats terroristes qui font la une des journaux en sont le résultat.
Et la répression de la terreur par la terreur n’a jamais fait gagner les guerres, elle n’a fait que les entretenir.

Nicolas SARKOZY est un admirateur de la machine de communication de Georges Bush. Il se sert des medias pour grandir son image et manipuler la population.

Comme BUSH, il ne défend pas un idéal, il répond aux peurs qu’il instille lui même dans la tête des gens.

Il aurait engagé la France auprès des Américains dans la « chasse à la Terreur » de Bush. J’en suis convaincu.
Nicolas SARKOZY veut devenir le président de notre république et « personne ne se mettra en travers de son chemin ».

Si cet homme n’échoue pas au moins une fois dans ses démarches pour arriver à la présidence du pays, plus rien effectivement, ne pourra se mettre en travers de son chemin, et sa volonté de toute puissance pourra être enfin exaucée.

L’Histoire se répète t-elle ? Oui. Elle l’a toujours fait. L’envie de Pouvoir et l’égocentrisme de ceux qui pensent détenir une vérité ont TOUJOURS créé des dictateurs.

Nicolas SARKOZY est certainement un petit Napoléon, je ne sais pas s’il a le potentiel d’un grand, mais il sera impossible demain de dire que nous n’étions pas au courant.

Mathieu KASSOVITZ.


Et la je me demande: mais qu'est ce qu'il raconte?
Où est-ce que ce mec habite?
Je vous laisse l'adresse de ce blog, pour que vous puissiez accéder aux commentaires: http://www.mathieukassovitz.com/blog/2005/11/la-france-den-bas.html

Qu'on remette les choses bien à leur place: Kassovitz compare les jeunes de nos banlieues françaises à ceux de Palestine. Vous savez, ce qui se font sauter la gueule tous les deux jours depuis des années et vivent dans la terreur et l'inhumanité totale. Ceux qui ont tous perdu au moins un membre de leur famille dans ces affrontements. Ouais effectivement c'est pareil.

Kassovitz dénonce l'attisement de la haine par Sarkosy, et souhaite qu'il soit englouti dans la brèche potentielle qu'il ouvrirait. Si on dénonce la haine, la moindre des choses, c'est de ne pas avoir un discours haineux.

Kassovitz compare Sarkosy à une candidate de la Starac. Et il veut vraiment qu'on le prenne au sérieux??? c'est ça que "les radios et les télévisions du monde entier essaient d’obtenir"? Je vais juste rappeler deux trois FAITS: Sarko, on est d'accord ou pas avec sa politique, on l'aime où on l'aime pas, c'est une affaire d'opinion, de quoi débattre, on est d'accord la dessus. Maintenant, c'est un fils d'immigrés hongrois, qui fait de la politique depuis 20 ans, et qui est ministre de l'intérieur. Ah ouais, comme Magalie!

Kassovitz parle "d'années d'ignorance et d'injustice". Les mots ont ils perdu leur valeur depuis quelques temps? est ce que tout le monde se rend compte de la force de ces trois mots? Quelqu'un, n'importe qui, de toutes origines, tout ages, vivant en France, peut il vraiment dire qu'il est victime depuis des années d'ignorance et d'injustice? Mais quels sont les mots qu'il faut qu'on emploie pour les tootsie du Rwanda? Pour les habitants des favelas? Pour les indiens d'Amérique? J'ai tellement d'exemple que je ne sais plus quoi en faire!!!

J'ai 21 ans, je suis blanche, j'ai vécu dans une ville de banlieue tranquille pendant 10 ans, où certains de mes amis sont encore. Y'a eu du racket, des violences, des deals, des viols, j'en passe et des meilleures. C'est d'être une fille, moi, qui ne m'a pas aidé. Qui fait que j'ai ridiculement peur de me balader en jupe dans la rue. Qui me fait dire que si j'étais un garçon, je me ferais beaucoup moins emmerder. Si j'avais été un garçon, je ne me serais pas ramené un soir à la maison, pretextant m'être battu, après qu'on ai tapé ma tête contre un robinet des toilettes des filles de mon collège.

Ce qui me rend dingue, c'est que jamais on ne parle des filles dans ce putain de débat. Jamais on se demande pourquoi on ne les entends pas, pourquoi elles s'en sortent d'ailleurs souvent mieux que les garçons. Apparemment, ça ne les concerne pas. Peut être qu'il n'y pas de filles en banlieues? ou qu'elles vivent dans une autre dimension???

Quand je ne bossais pas à l'école, personne ne me faisait de cadeaux. Quand j'ai été refusé de tous les lycées que j'avais choisi à Paris, c'est parce que mon dossier était pourri, pas parce que je venais de banlieue. Effectivement, vaux mieux venir de Paris que de Sarcelles pour les employeurs, d'après ce qui se dit. Beaucoup d'employés de ma boite de fiscalistes du 8ème viennent du 93. J'crois que c'était déja le cas quand ils ont été embauchés.

On manque d'objectivité.

Je suis sure qu'il y a des injustices, de l'ignorance, et ce partout. Maintenant, je pense que c'est pour tout le monde. En tous cas pour la plupart. Je ne crois pas qu'il y ait de vrais privilégiés. On se fait violer même dans le 16ème. Y'a du bon et du mauvais partout, et franchement, je ne crois pas qu'en France on soit les plus à plaindre. Bien sur il y a des problèmes, bien sur il y a des disfonctionnements, mais est ce que cela vaut vraiment le coup de bruler des milliers de voitures de personnes qui elles n'ont rien fait pendant des semaines???

Tout le monde doit mettre de l'eau dans son vin. Tout le monde doit se poser des questions. Tout le monde se doit de regarder plus loin que la porte de son palier. J'attaque personne en particulier, c'est pour tout le monde pareil.
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Pistache le Ven 6 Jan - 21:30

Hmm. Ignorance et injustice. Ce sont des mots forts, c'est vrai, mais je considère qu'ils s'attachent plutôt bien à la situation. En fait, un mot est beaucoup plus spécifique à ce qu'il vient de se passer : indifférence. Bah oui. Ca fait même pas un mois que ça c'est passé, et pourtant j'ai le sentiment que rien ne s'est passé. Putain, j'veux dire, un nombre incalculable de bagnoles ont étés brûlées dans toute la France (je citerai une journaliste de france 3 "nous n'indiquerons plus le nombre exact de voitures brûlées par peur de surenchère") ainsi que quelques établissements, et aujourd'hui, bah plus personne n'en parle. Euh, par hasard, est-ce que tout le monde s'en fout ?
"Mallory, tu parles d'un truc qui s'est passé y'a un mois, j'veux dire, on en est plus là, quoi ! "
C'est vrai, j'suis même étonné que Mallory en parle ici alors que pour la plupart des français, ce n'est plus d'actualité. Les banlieusards ont tappé leur crise, bien, maintenant ils se sont calmés, voilà point. comme si s'était tout à fait annodin, comme si, je sais pas, comme si on ne pouvait rien y faire, comme si c'était un tremblement de terre.
Comme si foutre quelques gamins en taule réglait tout les problèmes. (Et ça me rappelle un vers de Ntm, si je ne m'abuse, qui dit "et si on s'acharne à faire taire le suprême, c'est qu'on ne fait pas partie de la solution, mais plutôt du problème")
A croire que les seules choses interessantes qui se passent en banlieue, c'est les bagnoles qui crament.
Après, Villepin arrive sur TF1 dans son joli costume 3 pièces pour nous annoncer les changements prévus pour améliorer les banlieue. Bien, voilà une véritable démarche. Maintenant, nous allons patienter bien sagement, voir ce que ça va donner.
Souvent dans ce pays, on patiente jusqu'à oublier ce qu'on attendait, un peu comme à la mairie. Ouais, personnellement, j'ai le sentiment que certaines personnes ont déjà oublié. En espérant que j'dis des conneries, et que le pire est déjà passé.
avatar
Pistache
*Acteur/trice banckable*

Nombre de messages : 346
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 25/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Gribouille le Sam 7 Jan - 1:39

A l'étranger on parlait de guerres civiles en France...bah nous qui n'avons jamais vécu la guerre... Si c'est ça ! Des esprits qui s'échauffent, d'incroyables mesures hyper efficaces pour éviter le drame, des réactions, heureusement, des minis couvre-feux établis... Mais nos jeunes banlieusards auraient très bien pu continuer dans ce même merveilleux chemin. Il se trouve qu'ils ont décider d'arrêter alors c'est vrai nous n'en parlons plus. Normal dans une société où l'on se fout de tout, ne s'intéresse à rien ! Ridicule aussi ! Vite passée la guerre civile, un vrai phénomène de mode !

Vous vous réveillez un matin et on vous apprend que pendant que vous rêviez, dormiez profondément, au bout de votre rue, 4 voitures ont été brûlées. Des explosions ont tout de même réveillé des voisins qui ont aperçut des jeunes prenant la fuite. Que faire ? Il leur suffit de se procurer de l'essence, une boite d'allumette...Et puis de se dire que nous aussi on peut le faire, on va leur montrer de quoi on est capable, c'est tellement drôle ! Mais pourquoi ? Sont-ils inconscients, fous où est-ce nous les demeurés qui ne comprenons rien ?
Dans les médias on a bien pris plaisir à raconter les épisodes d'une telle crise en tout cas, les nouveaux records du nombre de voitures, de bâtiments brûlés, mais réellement qu'avons nous appris ? Rien d'intéressant... Pour changer !

Lorsque Kassovitz parle d'années d'ignorance et d'injustice, j'ai également quelques difficultés à comprendre.
Et dire qu'en Inde des gens comme nous je crois (sauf qu'ils n'ont pas eu de chance et ne sont pas tombé dans la bonne "caste" et pas de raisons d'être fiers d'être un Dalit) n'ont pas le droit de mettre leur chemise dans leurs pantalons, de porter des lunettes de soleil, de faire du vélo dans la ville. Les femmes sont régulièrement violées par "the high-caste men" et forcées à dormir à leur côté alors que dans la rue ils ne voudraient même pas toucher leurs mains et leur donnent les pires travaux ! Alors ne vaut-il pas mieux vivre en banlieue parisienne plutôt qu'en Inde dans ces conditions ?
Et on ose se plaindre de vivre dans des HLM, de ne pas réussir SA PROPRE vie, que l'on ne nous en donne pas les moyens... Comment est-ce possible ? On ne se rend plus compte de rien. Certes on aimerait que tout le monde réussisse au mieux et comme il le veut mais le monde est cruel, les inégalités existent et ce n'est pas nouveau.
En ce qui concerne l'Inde, le gouvernement a pourtant tenté d'effacer ses différences mais les traditions perdurent. Si tes parents étaient des Dalits on continuera de te regarder comme un étranger et un moins que rien, tradition oblige !

J'ai du mal à comprendre que cette situation peut encore existée, a existé, a été instauré... Ne sommes nous pas tous les mêmes ? Et le pire c'est que nous, vous, avons la possibilité de réussir, d'ETRE HEUREUX et ce n'est pas le cas de tout e monde, nous vivons en France !

Alors profitons, profitez-en ! Au lieu de tout gâcher...

PS : Obligée de tout réécrire, j'ai l'impression d'en avoir oublié la moitié.
avatar
Gribouille
*Second rôle dans des séries (parfois bonnes)*

Nombre de messages : 155
Localisation : Villeneuve Saint Georges
Date d'inscription : 10/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Lun 9 Jan - 16:03

Moi je voudrais juste faire remarquer que Clémence a 16 ans.
Bah ça se passe de commentaires (ps: je trouve que tu écris vraiment très bien, malgré quelques maladresses. T'as vraiment un style à toi, c'est aérien, c'est poétique, je sais pas si c'est parce que je te connais, mais j'adore te lire).

Clémence va assez dans mon sens. J'imagine bien que le contre argument, ça va être: vous ne savez pas de quoi vous parlez, vous ne vivez pas là bas, vous ne vous rendez pas compte des réalités de la banlieue, et, pour citer une personne à qui j'ai parlé récemment "la bas c'est la misère, c'est la merde, c'est l'horreur". Seulement cette personne, elle a toujours habité Paris.

Ben a raison, le vrai problème, c'est l'indifférence. Les mecs de banlieues, soit on les craint, soit on leur accorde pas un regard. Faut les écouter, mais faut aussi leur parler. Faut leur inculquer des valeurs, pas les laisser dans la merde, livrés à eux mêmes. Faut arrêter de les laisser faire n'importe quoi, à n'importe qui, impunément, et d'un seul coup, leur mettre un grand coup dans la gueule, comme si ça allait les remettre dans le droit chemin. Parce que mine de rien, cette attitude, ça crée des sacrés ptits cons, qui deviennent grands, et foutus.
Faut juste leur donner une vraie école.
Je citerais Jamel, qui discutait avec des présidents d'association d'une cité de Marseille: " c'est pas la peine de créer 25 assoc, vous vous regroupez tous, et vous en créer une. Pas "nous on veux des chaussettes", "nous on veut des terrains de foot", "nous on veux partir au ski". On s'en fout du ski. La priorité, c'est que les ptits frères ils aient une école convenable, où ils se sentent bien".

--------je mets des poitillés, car bien que pour moi ce soit lié, c'est pas tout à fait le même débat--------

Et puis y a un truc qui m'énerve. Je trouve que le français, en général, est nombriliste et feignant (vous voulez que je parle de la SNCM ou je dois développer mon argument?).

Y a des problèmes, j'en doute pas une seule seconde, je l'ai déja dit. Mais arrêtez de vous plaindre, allez bossez. Ne compter sur personne à part sur vous mêmes. C'est dur de faire ça? de faire les choses par soi même? de pas compter sur les autres pour tout macher à votre place? Moi je bosse. J'aime pas ce que je fais, mais je bosse (et pourtant j'suis une complète handicapée de l'initiative, je sais rien faire toute seule, je veux tjs qu'on m'accompagne). Faut que je paie mes études, et mon appart. Moi et personne d'autre, vu que c'est quand même mon choix, et mon problème. J'suis fière de me lever tous les matins, même si je peste aussi parce que je voudrais bien faire comme une de mes amies, m'arranger pour trouver un CDD, et toucher le chomage de fin de mission, ce serait bien plus facile. Ca ne répond juste pas à mon éthique. Je ne veux vivre au crochet de personne, ni de mes parents, ni de l'état, en tous cas pas plus que je ne le fais déja. Je veux que mon pays soit un exemple, je veux que les citoyens soient considérés comme courageux et vertueux. Pas comme des feignants gueulards. Du moins du mieux qu'ils le peuvent (personne n'est parfait).


Voila.
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Gribouille le Sam 14 Jan - 16:30

Certes je suis bien consciente que l'on pourrait nous dire que l'on y connaît rien, que l'on se sait pas ce que sait de vivre comme ça. Mais d'accord moi je ne demande qu'à comprendre pourquoi tout ce bordel !?

Un fait qui nous différencie déjà beaucoup, c'est que tous ces jeunes (et il n'y a pas qu'eux) se retrouve au lycée public de la ville, s'influencent, ne font pas vraiment d'efforts (attention je ne fais pas une généralité) ou en tout cas il y a quelque chose qui fait que c'est différent et au final moins bien. Je pense bien que ce n'est pas pareil dans toutes le villes de banlieues. Moi, mes parents ont choisi de me mettre dans une école privée à 20 min de chez moi en bus parce qu'ils le pouvaient et qu'ils n'avaient pas vraiment le choix. Il voulait que je puisse comme mon frère réussir au mieux. Et je ne pense pas que ça aurait pu être le cas au collège et au lycée de Villeneuve.
Rien que ça cause un fossé monstre entre eux et moi : la façon de parler, de penser, de travailler.

Dans mon lycée, il y a différents styles de personnes notamment des petits bourges qui ont une maison à Yerres avec piscine et un immense jardin, qui partent à toutes les vacances scolaires. Je pense sincèrement qu'eux se foutent complètement des problèmes de banlieue (même s’ils y vivent, ce n’est pas la même) alors si peut-être qu'ils s'y intéressent parce que c'est des jeunes... Je ne dis pas que moi j'y porte un immense intérêt (c'est qu'ils commencent à m'influencer) enfin si je m’intéresse un minimum, je me pose des questions mais vu qu’on sait ou en tout cas en a l’impression que l’on peut rien faire, on passe à côté. En tout cas, une mentalité s’est créée et nous influence tous désormais. Normal…c’est pareil pour tout le monde mais en différent !
Et lorsque je me souviens avoir entendu de la bouche de profs complètement révoltés, "Mais vous n'avez aucune éducation...etc..." parce que lors d'un voyage on s'est tous (filles et garçons) retrouvé dans la même chambre un soir... Cela me fait maintenant bien sourire... Et eux se rendent-ils compte de la chance qu'ils ont ? Des élèves bien sages à les écouter pendant une heure ou deux. Certes c'est le principe de l'école mais il n'empêche que cela ne viendrait à l'idée de personne de les insulter, de les menacer. Eh bien autre part ça peut arriver...
avatar
Gribouille
*Second rôle dans des séries (parfois bonnes)*

Nombre de messages : 155
Localisation : Villeneuve Saint Georges
Date d'inscription : 10/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Lun 16 Jan - 21:57

Bon en gros y'a vraiment un gros problème à l'éducation nationale... et c'est pas les keufs qui vont le résoudre.

Moi je suis sidérée par le nombre de personne qui se sentent concernées par le sujet. Et après on s'étonne que ce soit la merde et que les "jeunes de banlieues" se sentent rejetés et agressés... j'suis pas vraiment d'accord avec le discours pro-banlieue, mais la, y'a des choses qui sont vraiment révélatrices.
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Pistache le Mar 17 Jan - 0:17

Gribouille, j'ai pas tout saisit dans ton dernier post, tu te mélanges un peu les patouilles.
Mallory, c'est exactement ce que je voulais dire dans mon post: les émeutes sont passées, plus personne ne risque de se faire cramer sa caisse. La France est remplie de gens qui ne font attention aux autres que lorsqu'ils leur cassent des trucs ou quant ils leur donnent du pognon. Remplie d'opportunistes de tout âges qui savent dire ce qu'il faut dire au bon moment. Durant tous ces débats idiots qui ont popularisé ou pas l'action des casseurs, on entendait plus parler des conneries qu'a raconté Sarkozy que du véritable problème, à savoir le malaise des banlieues. Qui a voulut nous faire croire qu'on a brûlé des milliers de caisses juste parce que Nicolas a dit le mot "racailles" ??? C'est donner bien trop d'importance à une maladresse de vocabulaire. Un élément déclencheur, ok, mais pas un putain de facteur. Après ça, putain qu'est ce que j'ai pu entendre des trous du cul qui ont souvent mon âge dire des trucs genres "c'est dégueulasse ce qu'il a dit Sarkozy, moi je les comprends les jeunes de banlieue". Non, tu ne les comprends pas, t'as même rien comprit au film. Tu dis ça parce que t'as vu Thuram dire la même chose sur TF1. C'était presque une mode de dire ça, et vous voyez, c'est aussi éphémère que la mode, puisque plus personne n'en parle. Tellement de gens n'ont rien comprit, et ces mêmes personnes n'en ont plus rien à foutre. Les seuls qui y pensent encore, c'est les mecs qui n'ont plus de caisse pour aller au boulot, et ceux qui ont espéré que ces actes -desepérés, justement- allaient au moins avoir la vertue de faire bouger des choses. Combien de temps encore est ce que ce pays va s'enfoncer dans la merde, et ceux dans l'indifférence générale ???
avatar
Pistache
*Acteur/trice banckable*

Nombre de messages : 346
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 25/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Mar 17 Jan - 3:20

Alors considérons que ce forum est une petite représentation de notre jeunesse.
Considérons également qu'un jour sur ce forum représente un an dans notre monde.
J'crois sincèrement que t'auras ta réponse.
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Pistache le Mar 17 Jan - 17:54

Peut-être que les textes sont trop longs et que ça décourage les lecteurs potentiels. C'est fort dommage parce que c'est très intéressant, et puis ça permet de se positionner plus précisément.

Prendre position. Encore un truc qui n'entre pas dans le vocabulaire français.
avatar
Pistache
*Acteur/trice banckable*

Nombre de messages : 346
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 25/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  L'homme à la valise le Mar 17 Jan - 23:24

Je lis et me tiens au courant de ce débat. Cependant, je prépare bien mes idées pour les intégrer quant à l'évolution de vos réactions. Y a plusieurs points qui me gênent dans ce que certains ont pu dire, je prendrai le temps de vous écrire un petit récapitulatif.

Coming Soon !

_________________
Bon voyage, tout l'monde.
avatar
L'homme à la valise
*Acteur(trice) ringard(e)*

Nombre de messages : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.theatre-contemporain.net/auteurs/dorin/default.asp

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  emilie le Mer 18 Jan - 0:09

Alala le problème des banlieux... Bon moi je sais que je suis une fille particulièrement idélaliste et que donc je peux être parfois très naive. En tout cas déjà je pense que la première chose qui ne va pas c'est qu'on met tous ces "jeunes de banlieu" dans le même sac. Il y a des gens qui n'ont pas compris qu'ils n'étaient pas tous pareil, ils croient que c'est une entité les "jeunes de banlieu"! Genre il y a quelqu'un qui s'appelle " les jeunes de banlieu"! Nan mais sans déconner je crois que c'est super important de faire des distinctions. Moi ça me ferait chier par exemple qu'on considère que je suis comme tous les gens de ma classe, parce qu'il y a des sacrés cons! Dans les banlieues, il y a des jeunes qui ont envie de s'en sortir et d'autres pas. Il y en a qui brulent des voitures parce qu'ils ont une vraie revendication et d'autres juste parce que c'est la mode et que ça fait bien de foutre le bordel. On peut pas leur en vouloir, regardez le nombre de lycéens qui ont fait la grève l'année dernière juste "pour faire la grève". Bon ok ça nuisait pas vraiment à autrui mais c'est le même principe de départ. A mon avis un des premiers trucs c'est de donner plus de moyens aux associations de quartier et de mettre des éducateurs et PAS DES FLICS dans les collèges/lycées. Déjà, je pense que c'est un bon point de départ. Ils ont besoin de s'occuper, de faire des sorties, des trucs qu'ils aiment, comme tout le monde! Sauf qu'ils ont pas la tune en général pour faire du tennis le mercredi après midi! Quand on s'ennuie on cherche des trucs à faire, et forcément quand on passe ses journées dans la rue ba les choses à faire deviennent vite des conneries. On ne peut pas leur reprocher non plus d'être tout le temps dehors parce qu'en général on peut pas dire qu'ils aient bcp d'espace chez eux et c'est normal qu'ils aient envie de respirer. La plupart ne demande que ça qu'on leur propose des choses à faire, qu'on les aide pour les cours et pour ce qu'ils veulent entreprendre en général. Et pour ça il y a des gens dont c'est le métier. Je ne vois pas pourquoi l'état ne donne pas plus de moyens aux associations. Je trouve ça triste. Moi j'avais des potes au collège qui fesaient partie de ces mecs qu'on pourraient classer parmi les "jeunes de banlieu", même si j'habite pas en Seine saint denis. Franchement ils étaient trop fort, et vachement plus intelligent que certaines personnes qui sont aujourd'hui dans ma classe. Ok peut etre que scolairement ils avaient du mal, mais au moins ils avaient des choses à dire, ils étaient intéressants. Franchement ils me manquent même si je me passe très bien de leurs coneries de bandes rivales et de tout autre truc du genre. Je ne sais pas ce qu'ils sont denenus, je ne les voit plus, mais je suis sure qu'il y en a plein à qui on a pas donné leur chance, juste parce qu'ils n'étaient pas adaptés au système scolaire. Il faut savoir adapter les choses à chaque personne. Chaque personne est tellement différente que c'est vrai que c'est difficile mais en même temps comment peut on dire à quelqu'un "ah ba nan dsl pour toi on a rien parce que tu rentres pas dans telle ou telle catégorie". Enfin bref je crois que je me suis un peu trop éloignée du sujet de départ.
Maintenant c'est vrai que j'ai décris que le bon côté et que c'est un peu trop beau. Parce que ça serait faux de dire que je n'appréhende pas de passer devant un groupe de mecs de ce style. Quand tu les connais pas, c'est vrai qu'au premièr abord ils ne font pas exactement tout pour que t'ai envie d'aller leur parler. Ca j'avoue que je ne comprends pas trop pourquoi ils font ça mis à part pour se donner un style mais je vois pas trop l'intérêt donc ça doit être plus profond que ça.
Enfin bref, je me trompe peut être, et d'ailleurs je trouve que c'est un peu trop facile, mais il me semble que de donner plus d'importance aux associations et aux éducatuers ferait avancer les choses.
Voilà, je vais arrêter là parce que j'ai les idées qui s'embrouillent dans ma tête, c'est plus facile de les exprimer à l'oral que de construire une argumentation à l'écrit, ce que je n'ai pas cherché à faire, j'ai laissé mes idées guider mes doigts!
avatar
emilie
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 39
Localisation : Chilly-Mazarin
Date d'inscription : 29/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Mer 18 Jan - 16:53

J'suis assez d'accord, sur le fond, mais j'ajouterais quand même un bémol. On peux pas aider non plus les centaines d'associations qui se font tous les jours. C'est juste du bon sens, y'en a des dizaines, des assoc dans ce genre, qui demandent d'ailleurs toutes plus ou moins la même chose. Alors comme le gouvernement a un peu de mal à réaliser en ce moment qu'effectivement, la solution c'est l'éducation et pas la répression (ou en tous cas pas tant que ça, parce que je persiste à dire qu'on ne vit pas au pays de Candy et qu'il en faut par conséquent tout de même) il faut que ses associations se mobilisent.
A commencer par se regrouper, et ne faire plus qu'une grande assoc (donc forcément plus puissante) et bien définir ses priorités (comme dirait Jamel, une bonne école pour les ptits frères, pas des vacances au ski, chaque chose en son temps).
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Naguib le Mer 18 Jan - 17:29

Emilie, si je peux te donner un petit conseil ; essaie de faire des paragraphes la prochaines fois car ce que tu dis est super intéréssant et les visiteurs auront plus envie de te lire ...

Tu as dit quelque chose avec lequel je suis complétement d'accords : "Ils ont besoin de s'occuper"...
En effet ; je pense que c'est ce manque d'occupation qui a provoqué ces "violences urbaines".Mais coment les occupés ??En créant des associations ??en leur mettant un terrain de foot en bas du quartier ??Je ne pense pas que cela suffise... Ces jeunes là sont frustrés !

Il faut savoir, qu'aujourd'hui, en France un "Black" ou un "Beur" FRANCAIS a 3 fois moins de chance de trouver un job qu'un "blanc"... Ils sont les premières victimes de la précarité.Certes il existe un écart entre le niveau d'étude des gens vivant en banlieux et le reste de la population (mais cela n'explique pas tout !!);
et pourquoi les politiques ne donne pas les moyens pour réduire cet écart !( Autre chose que les ZEP qui sont un vrai echec ...)

Je pense qu'il faut avant tout combattre ces discriminations; car cela attise un cercle vicieux qui tourne en faveur de M.Lepen.On donne pas les moyens à ces "Jeunes" de réussir à l'école, ils subbissent une discrimination à l'embauche, donc pas de travail et par la même occasion pas de logement (cela va de soit) et les conséquences j'ai plus besoin de les rapeller...

Je tiens à préciser que je ne justifie en aucun cas toute forme de violences quelqu'en soit les causes ;j'éspère juste que chacun prendra ces responsabilités , notamment notre ministre de l'Interieur qui a bien vu que "sa politique du tout securitaire, quand il n'est pas associé à des politiques fortes dans les 3 domaines (Education,Emploi et Logement) ne peut que susciter la violence en rendant plus insupportable l'écart croissant entre la promesse d'égalité brandie par notre société démocratique et la réalité du vécu d'une large part de la population" (Philippe Frémeaux)

Et pour citée Jamel qui dans son dernier spéctacle a très bien resumé la cituation dans laquelle vit une partie de la population, je dirais que:"L'ascenseur sociale est bloqué au sous-sol et il pu la pisse..."

Mais après tout c'est pas la première fois qu'il y a des "violences urbaines" ;mais ce qui m'a vraiment surpris c'est l'initiative du député UMP François Grosdidier, qui a demandé la censure d'un grand nombre de rappeur notamment Ministère Amer (qui n'existe plus depuis 1997...)Lunatic, Sniper... Que cherche t-il à faire?? Où est passé la liberté d'expression?? Enfin bref...

Pour terminer je vais citer le groupe Sniper (avant d'être moi même censuré...) qui dans la chanson "La France"(2003) a résumé ce sentiment de frustration :

"On est tous solidaire face à la merde à la galère
Sortir la tête de la misère pour que les gens nous considère
En tant que citoyen non en tant que chien
La France nous ronge à un point
de ne plus avoir confiance en son prochain
Législation conçue pour nous descendre
frère derrière les barreaux et maintenant
y penserais que l'on pourrait se rendre
On est pas dupe en plus on est tous chaud
Pour mission exterminer les ministres et les fachos
car de nos jours, ça sert à rien de gueuler, de parler à des murs
à croire que le seul moyen de s'faire entendre est de brûler des voitures
Un putain de système haineux, cramer mais après tout ça avance pas
et je sais que ça les arrangent si on se bouffe entre nous
Soit disante démocratie aux yeux d'un peuple endormi
Les droits de l'homme franchement où ils sont passés
faut faire en somme que ça change et que des frères cessent
d'être chassés en charter c'est nos frères qui j'artère rapatriement
et maintenant la haine coule dans nos artères,
nous faire taire franchement ça serait impossible quand on s'aperçoit
que la plus part du temps c'est nous qu'ils prennent pour cible".
avatar
Naguib
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 35
Localisation : Chilly-Mazarin
Date d'inscription : 25/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Mer 18 Jan - 20:13

Je vais essayer de traduire ma pensée de la façon la plus diplomatique possible.

Il est clair que si on se présente à un entretien en jogging avec un accent de banlieue pas possible, le DRH prendra quelqu'un d'autre, même à compétences égales. Et je trouve ça compréhensible ("ouaich madame Vasquez vos masses salariales c'est pas la bonnes ah ouais faut que tu me renvoies ça d'accord Madame Vasquez?").
Et je dois dire que, utopiquement parlant, je trouve ça dommage. J'adorerais que les gens puissent être considérés comme sérieux et fiables, même habillés n'importe comment (dreads, jeans, baskets, mini jupes, jogging, casquette j'en passe et des meilleurs) et même avec un accent de caillera de Strasbourg pas possible (nous en conviendrons tous, c'est le pire des accents existants). Mais il se trouve que nous n'habitons pas chez Rabelais, et qu'il faut se fondre un peu dans la société pour espérer un jour la faire bouger (plutôt que gueuler et faire l'anarchiste à deux balles). Donc, accent + lacoste, c'est mort.

Honnêtement, je crois que toi, t'auras jamais de problèmes pour trouver du taf. T'es intelligent, t'es brillant, t'es travailleur, et tu t'exprimes super bien. A moins que tu tombes sur un gros con, comme il en existe partout. Le problème c'est que tu penses plus être victime de discrimination que tu ne l'es vraiment (je te citerais pas le soir de ma fête chez moi, au sujet des boites, mais c'était quand même très révélateur).

Je ne sais pas d'où tu me sors tes chiffres,
Il faut savoir, qu'aujourd'hui, en France un "Black" ou un "Beur" FRANCAIS a 3 fois moins de chance de trouver un job qu'un "blanc"...
et je ne les remets pas en question, mais je vais te dire ce que moi, je vois, tous les jours.

Je suis dans une boite de fiscalistes du 8ème arrondissement (sur les Champs Elysées). Sur à peu près 150 personnes, y'à environ 60 "black" et "beur" ( et je t'ai pas compté les portugais, les espagnols, les danois, les russes, les indous et j'en passe). Et 50% de la boite habite en banlieue parisienne. Je ne sais pas comment faire pour te donner un meilleur exemple, pour illustrer mon propos. J'en ai marre de ce discours qui dit que les français, et plus précisément les patrons français, sont des rascistes.

Quant à Monsieur Lepen, franchement, si tu veux donner un exemple lucide, cite Sarkosy. Parce que Lepen, tout comme sa fille, sont morts politiquement parlant. Y à qu'à voir la pauvreté de leurs arguments pendant les débats, juste bons à faire sortir de leurs gonds Marie George Buffet et Daniel Cohn Bendit.

Les ZEP sont un échec, c'est clair. J'suis parfaitement d'accord avec ça. "Fais sentir aux gens qu'ils sont de la merde et ils le deviendront". Les jeunes de banlieue n'ont pas besoin de traitement de faveur, mais d'être traité comme tout le monde, un point c'est tout. D'où cette histoire d'ascenseur social bloqué, j'suis bien d'accord aussi. Je l'ai assez démontré dans mes précédents posts.
CERTAINES BANLIEUES rendent les choses plus difficiles, parce qu'elles rendent les gens tristes, désespérés et rebelles. Mais parce qu'aussi y règnent l'obscurantisme, et la misogynie.

En bref, tout n'est pas la faute du gouvernement et de sa politique. Les jeunes (toutes ethnies confondues) sont assistés (moi la première), et ça, c'est un fait, depuis la nuit des temps. S'ils ne vont pas chercher de travail, ça n'est pas le travail qui ira les chercher. Faut se bouger, y'a pas de secret. La banlieue, c'est pas les favelas non plus.

Et pour une fois, je voudrais saluer la R.A.T.P (chose qui n'arrive qu'une fois dans une vie) pour sa politique de discrimination positive quant aux jeunes de banlieues. C'est une preuve de bonne foi et une vraie main tendue vers eux. Mais la main, encore faudrait il se lever, pour l'attraper.

Enfin, je suis totalement d'accord avec toi sur la directive pourrie de ce connard de François Grosdidier (je ne connaissais même pas son nom d'ailleurs). C'est une entrave totale à la liberté d'expression.
Mais c'est pas une raison pour citer Sniper.
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  L'homme à la valise le Mer 18 Jan - 21:18

Bon, je me suis pas relu (mais je le ferai plus tard) et c'est pas très structuré. Vous avez en principal à peu près tout dit. Je paraphrase beaucoup, mais je reviens surtout sur des points où ma conception des choses diverge un peu. J'ai aussi oublié quelque chose d'important (je le sais dans ma tête), mais je m'en rappelle plus, on verra plus tard.


Contrairement à l’approche de Mallory quant aux réflexions politiques de notre cher Kassovitz, je n’ai pas pris ses dires à la première lettre (mais je ne dis pas avoir raison, comme pour toutes les autres suggestions que je pourrai faire). Pour moi, ça me paraît évident : le rapport entre les jeunes de banlieues et ceux de Palestine, Sarkozy, starlette de la Star Academie, ce sont des métaphores. Peut-être pas les bonnes, mais personnellement, j’ai tout de suite compri où il voulait en venir.

Mallory a écrit:Maintenant, c'est un fils d'immigrés hongrois

Je ne me retiendrai pas de citer les propos de Marine Le Pen : « Merci à M. Sarkozy de rapprocher ses électeurs du Front National ». Et le FN, c’est quoi ? Un parti qui se veut nationaliste, raciste, antisémite et tout ce qui va avec. Devrait-on rappeler les mesures prises par Sarkozy quant à l’émigration en France ? Les nouvelles zones créées à cet effet ? Les brutalités policières qui y sont dénoncées ? Les menaces qui y sont prononcées pour que ces immigrés n’aient plus l’idée de vouloir revenir en France ?

Mallory a écrit: Mais quels sont les mots qu'il faut qu'on emploie pour les tootsie du Rwanda? Pour les habitants des favelas? Pour les indiens d'Amérique? J'ai tellement d'exemple que je ne sais plus quoi en faire!!!

Voilà des propos auxquels je me suis souvent confronté. Oui, c’est vrai, la situation est incomparable lorsqu’on parle de pays tels que ceux que tu as cité. Mais est-ce une raison pour ne pas s’occuper de nos problèmes, aussi ? Personnellement, je me sens concerné par toutes sortes de problèmes qui puissent se passer dans le monde entier. Pour ça, je me débrouille pour participer à des chantiers internationaux, pour contribuer à une association humanitaire, etc. Mais de loin je ne me débande pas face aux nombreux problèmes qui sévissent en France. Je me sens autant concerné, voire davantage (sans que je trouve égoïste de se sentir plus concerné par des problèmes touchant directement à mon quotidien où à des problèmes qui se déroulent dans la proximité, ça en appelle à la logique).

Gribouille a écrit: Et on ose se plaindre de vivre dans des HLM, de ne pas réussir SA PROPRE vie, que l'on ne nous en donne pas les moyens... Comment est-ce possible ? On ne se rend plus compte de rien. Certes on aimerait que tout le monde réussisse au mieux et comme il le veut mais le monde est cruel, les inégalités existent et ce n'est pas nouveau.

Mallory a écrit: Faut se bouger, y'a pas de secret.

On peut toujours se procurer les moyens, la dictature n’existant plus en France depuis longtemps, il est vrai. Mais l’inégalité entre les hommes est un problème vieux comme le monde auquel personne ne parvient à s’habituer, mis à part peut-être le patron d’Ikea. Les inégalités existent, elles existaient bien avant que nous ne soyons mis au monde. Mais est-ce une raison pour les accepter ? Personne n’a dit qu’on ne pouvait pas réussir sa PROPRE vie. Ce que certains essaient de faire entendre, c’est qu’il devient de plus en plus difficile de la réussir, sa PROPRE vie, au contraire d’autres plus avantagés. Rapport à l’argent, à une échelle sociale trop extensible, je ne sais pas, moi ! (Et je citerai : « Dans mon lycée, il y a différents styles de personnes notamment des petits bourges qui ont une maison à Yerres avec piscine et un immense jardin, qui partent à toutes les vacances scolaires. »)

Mallory a écrit: Y'a eu du racket, des violences, des deals, des viols, j'en passe et des meilleures.

Il est évident que ne puisse pas aborder pleinement ce sujet, ayant la chance d’avoir toujours vécu à Paris. Mais le racket, les violences et le deal, j’en ai plus d’une fois fait les frais. Tiens, juste hier matin, mon frère est une nouvelle fois rentré à la maison sans portable et encore avec la douleur de la baffe qu’on lui avait foutu.

Mallory a écrit: On se fait violer même dans le 16ème.

Ca, tu m’excuseras, c’est un très mauvais argument. Moi qui ai l’habitude de me trimballer dans tous les quartiers de Paris, la différence au niveau de la sécurité, tu la vois claire et nette. Des flicos plus qu’il y devrait en avoir, le 16ème est hyper sécurisé. S’y faire violer, oui, c’est possible, mais faut pas oublier les taux de probabilité. Tu franchis la frontière 8ème – 18ème jusqu’à Porte de Saint-Ouen, tu la vois, ta différence.


En réponse au premier message de Ben, je ferai référence à une petite blagounette que j’avais entraperçue sur un blog d’étudiants : grâce aux problèmes de banlieue, la grippe aviaire n’existe plus !

Là, on touche à un autre problème, celui de la mal information. On pourrait dsicuter sur ce débat bien longtemps. Mais pour vous synthétiser mes pensées : moi, TF1, France 2, France 3 et les chaînes découlant des deux boîtes, j’évite le plus possible de regarder. Manipulation de l’information… Je trie aussi mes journaux. Il est difficile aujourd’hui de s’informer à juste titre.


Mallory a écrit: Parce que Lepen, tout comme sa fille, sont morts politiquement parlant.

Et moi, je dos, c’est faux. Le Pen a, depuis quelques années, abordé une nouvelle stratégie qui lui réussit bien. Marine, elle, a du mal, c’est vrai.

Mallory a écrit: Ne compter sur personne à part sur vous mêmes. […] Je ne veux vivre au crochet de personne, ni de mes parents, ni de l'état, en tous cas pas plus que je ne le fais déja.

[Ca me fait penser à quelques bribes d’une thèse d’un anarchiste individualiste (Stirner, ou même Proudhon). ] Ne comptez que sur vous-même. C’est malheureusement ce qu’il faut, aujourd’hui. A partir de là, on peut comprendre tout à fait la réaction des banlieusards, non ? Ils l’ont fait par eux-mêmes parce qu’on les forçait à s’adapter à des normes qui ne leur convenaient pas. Enfin, à partir de ta réflexion, Mallory (et oui, sans prendre en compte ce que tu as pu dire dire d’autre), je ne vois pas où est le problème.

Mallory a écrit: A commencer par se regrouper, et ne faire plus qu'une grande assoc (donc forcément plus puissante) et bien définir ses priorités (comme dirait Jamel, une bonne école pour les ptits frères, pas des vacances au ski, chaque chose en son temps).

Oui, mais alors là, je te dirais, c’est pas si facile. C’est beau, un regroupement d’associations. Mais chaque association a des priorités qui lui sont propres (et on ne peut pas tout satisfaire), chaque association n’est pas forcément apolitique, etc.

Mallory a écrit: Je suis dans une boite de fiscalistes du 8ème arrondissement (sur les Champs Elysées).

Et là, je te dirais : ça dépend des boîtes. (Ouh, le fouteur de merde Twisted Evil )

Mallory a écrit: Moi je suis sidérée par le nombre de personne qui se sentent concernées par le sujet.

Et enfin, c’est là que je voulais en venir. Je pense que cette insurrection banlieusarde n’est qu’un prétexte pour se faire entendre et non pour faire la révolution (on attendra 2007 pour ça). Je sais que je paraphrase encore (mais vous avez déjà tout dit, aussi), mais bon, tant qu’à faire, j’expose une nouvelle fois l’idée.


P. S. :
emilie a écrit: On peut pas leur en vouloir, regardez le nombre de lycéens qui ont fait la grève l'année dernière juste "pour faire la grève".


C’était plutôt tant mieux. Very Happy

Lil-Noto a écrit: Emilie, si je peux te donner un petit conseil ; essaie de faire des paragraphes la prochaines fois car ce que tu dis est super intéréssant et les visiteurs auront plus envie de te lire ...

Ouais, c’est vrai. Et pareil pour d’autres. Razz


Dernière édition par le Mer 18 Jan - 22:48, édité 1 fois

_________________
Bon voyage, tout l'monde.
avatar
L'homme à la valise
*Acteur(trice) ringard(e)*

Nombre de messages : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.theatre-contemporain.net/auteurs/dorin/default.asp

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Mer 18 Jan - 21:36

Mon exemple d'immigrés hongrois peut effectivement me faire passer pour Michel Sardou. Mais, pour ma défense, mon seul argument était que Magalie n'était pas hongroise...

Ensuite, oui ce sont des métaphores, mais mauvaises. C'est pas une vertue, les métaphores.

Au sujet du 16ème, ce que je voulais dire, c'était que le mal pouvait arriver partout, tout comme le bien, et pour illustrer mon propos, un sondage est tombé ce matin, disant que les consommateurs de drogues étaient largement plus nombreux dans les quartiers favorisés que défavorisés. C'est une réalité parallèle dont on ne parle pas, pour je ne sais quelle raison. La drogue du violeur, c'est pas en banlieue qu'on y est confronté. Mais avec le recul, cet argument n'avait un peu rien à foutre là et était facile, je te l'accorde.

Et moi je persiste, signe et re-signe, Lepen est maintenant innoffensif (trop fatigué et trop caricaturé, le pov' vieux).

A partir de là, on peut comprendre tout à fait la réaction des banlieusards, non ?
Euh, non, d'ailleurs, je comprends même pas ton argument. Le mien visait à responsabiliser les jeunes, pas à gueuler parce qu'on leur donnait pas ce qu'il voulait, comme des oisillons qui réclament la bécquée.


P. S. : [quote=emilie] On peut pas leur en vouloir, regardez le nombre de lycéens qui ont fait la grève l'année dernière juste "pour faire la grève".

C’était plutôt tant mieux.


Ouahou. D'ailleurs, ça a vachement servi, vous avez drolement bien fait. C'était tellement bien argumenté, d'ailleurs, que le seul truc dont je me souvienne, c'est que Lucie en est revenue avec le cou tout écorché.

PS: tes quotes ont pas marché, ça fait trop moche, héhé
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il faut élargir le débat sans partir dans tous les sens

Message  Calamity Jane le Mer 18 Jan - 21:54

Bonjour,
Ca m'intéresse bien ce débat sur les banlieues, bien que ce ne soit à mon avis que la partie apparente de l'iceberg... cette affaire est pour moi l'objet d'une grosse caricature bien entretenue par les médias (tous les soirs avec les enchères des voitures brûlées) et de l'évidence que la population française (toutes origines confondues) est complètement abasourdie et désarmée devant la violence d'une minorité; c a d il se passe un truc, tout le monde en parle (et je ne suis pas Ardisson) et personne ne bouge et surtout personne ne prévient le truc, au contraire ce phénomène est quand même le résultat d'une ghettoïsation des quartiers par les politiques successives des 20 dernières années (et désolée là c pas la faute de Sarkozy) + les structures familiales qui partent en sucette pour ne pas dire autre chose, où la famille monoparentale fait loi et où l'autorité du père manque cruellement.
+ la défaillance des institutions scolaires que jusque là ça arrangeait de ne pas voir certaines fortes têtes venir à l'école, bref le tout ça aboutit à la dégonflade généralisée.
Evidemment beaucoup de clichés dans les propos mais c la faute de l'info, on en est tous passé par là, et moi je retiens quand même une idée très forte parmi toutes les réflexions, c'est le débat lancé par Mallory sur la situation et le manque de considération de la gente féminine même à notre époque de soit-disant égalité.
Et alors surtout dans ces banlieues-là, c'est encore elles qui sont le moins oisives pendant que leurs fils ou leurs frères vont rouler les mécaniques dans la rue PARCE QU'ELLES N'ONT PAS LE CHOIX.
Enfin pour aujourd'hui je m'arrête au politiquement correct, je passerai au cran supérieur la prochaine fois.
Et malheureusement depuis 2 mois rien n'a changé car les français continuent à penser que seul le gouvernement (leur mère nourricière) doit trouver la solution miracle.
Mais comme disait De Gaulle comment gouverner un pays où il y a 350 sortes de fromages ?

Calamity Jane
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  L'homme à la valise le Mer 18 Jan - 22:54

Juste une petite parenthèse là-dessus :

Mallory a écrit:

P. S. : [quote=emilie] On peut pas leur en vouloir, regardez le nombre de lycéens qui ont fait la grève l'année dernière juste "pour faire la grève".

C’était plutôt tant mieux.


Ouahou. D'ailleurs, ça a vachement servi, vous avez drolement bien fait. C'était tellement bien argumenté, d'ailleurs, que le seul truc dont je me souvienne, c'est que Lucie en est revenue avec le cou tout écorché.

PS: tes quotes ont pas marché, ça fait trop moche, héhé

Ne fais pas d'un cas toute une généralité. Je ne me considère pas (et loin de là) partisan de l'UNEF ou autre syndicat étudiant actuel. Dans cette histoire, il y a eu beaucoup de "cons". Et pour la manifestation agrémentée des "casseurs", ça n'est pas sujet à n'en retenir que ce chapitre. Bref, c'est un point qui mérite d'être débattu, mais je n'en dirai pas plus pour éviter de s'éloigner du sujet !

P. S. : j'ai remis les quote. Razz

_________________
Bon voyage, tout l'monde.
avatar
L'homme à la valise
*Acteur(trice) ringard(e)*

Nombre de messages : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.theatre-contemporain.net/auteurs/dorin/default.asp

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Naguib le Jeu 19 Jan - 0:46

Je pense qu’il ne faut pas caricaturé les choses de cette manière là .A ce que je sache les jeunes de banlieue sont des gens civilisés et quand il vont à un entretient il se présente de la même manière que tout les autres bon « franchouillard » (du moins pour la majorité d’entre eux )!Ce qu’il faut souligné c’est qu’il y a en France un gros problème de discrimination et une peur injustifiée de l’étranger …et quand tu parle de « se fondre un peu dans la société » je ne comprend pas à quoi tu fais allusion ;ces gens dont tu parle sont des FRANÇAIS comme tout les autres , je ne vois pas en quoi ils doivent plus s’intégrer (Y a-t-il un modèle FRANÇAIS ??)

Pour le soir de ta fête, je pensais qu’on se connaissait suffisamment pour que je puisse faire une blague sur le fait , qu’en effet les « blacks » et les « beurs » subissent des discriminations raciales à l’entrée des boites de nuit , de plus en plus important. Il suffit de voir les chiffres de SOS Racisme et le cas de Thionville (Moselle) en 1999, où le portier avait reconnu avoir reçu des consignes de la part des responsables de la discothèque …(cas qui n’est malheureusement pas isolé)

Et même si dans ta boite ; il y a une part importante d’« étranger français » c’est malheureusement pas le cas partout ….et les chiffres parlent d’eux même.

Quant au fait que tu dise que le discours de Lepen est mort ; j’aimerais bien te croire mais quand j’observe les résultats des principales élections en France à compté de 2002 (élection présidentielle, cantonale, régionale…), on observe bien la montée en puissance du FN.
Et même si cela peut paraître être qu’une simple anecdote politique je suis très perplexe par rapport à l’avenir politique de la France (qui est tout de même MON PAYS).

Et je le redit avec persistance tant que ce GROS problème de discrimination persiste en France la situation des banlieux ne changera pas. Et malgré la « fausse » bonne volonté de notre cher Président, J. Chirac, qui a crée le ministère délégué à la Promotion de l’Egalité des chances, si on ne donne pas les moyens(financiers) à Azouz Begag (ministre délégué) rien ne pourra être obtenue.

Conclusion : ce n’est qu’une question de bonne volonté et de priorité donné par ce gouvernement (composée de ministre égoïstement carriériste).

PS : « Si on ne veut pas prendre de décision on ne gouverne pas ! »
avatar
Naguib
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 35
Localisation : Chilly-Mazarin
Date d'inscription : 25/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Jeu 19 Jan - 1:41

Je me trompe peut être, mais t'as pas eu l'air de comprendre ce que j'ai écris, et je crois que t'as même pas pris la peine de lire ce que "Calamity Jane" a écrit non plus.

C'est vrai que j'ai caricaturé, mais je l'ai assumé, car c'était pour appuyer mon propos. Mais je te retourne le compliment: tu caricatures au moins autant que moi, en employant des mots comme franchouillard.

Tu restes campé sur tes positions, et c'est visiblement pour des raisons qui m'échappent, parce que j'avais pas l'impression que la France était un pays si fasciste.

Y a des choses qui me choquent dans ce que tu dis. Je pensais pas que tu prendrais mon discours comme ça. Tu vas vachement loin. Je sais que c'est ton pays, je sais que c'est leur pays, je n'ai jamais dit le contraire. D'ailleurs, c'est toi qu'emploie le mot étranger, pas moi.
Je ne dis pas qu'il n'y a pas de rascisme. Je dis qu'il n'y en a pas tant que tu dis. Et j'ajouterais que je me trouve arrogante, mais qu'apparemment j'ai de la concurrence.

Ta théorie, c'est donc que le problème des banlieues est du au rascisme, j'me trompe? Je ne suis pas d'accord. C'est mannichéen, et simpliste (avec toi, c'est tout noir ou tout blanc, sans faire de mauvais jeu de mots Razz ).

Quant à ta citation « Si on ne veut pas prendre de décision on ne gouverne pas ! », t'as l'air fin prêt toi, va donc leur apprendre.



((Yeu yeu, je n'étais pas d'accord avec votre mouvement, mais toi, comme Emilie, comme mon frère, aviez des convictions, ce que je respecte. J'en ai d'ailleurs déja parlé, et ce que je remets en cause, c'est le nombre de bouffons qui y sont allés pour sécher les cours, et les casseurs. Ce que je remets en cause aussi, c'est que ça a manifesté pendant deux semaines, et que maintenant, on s'en souvient à peine. Mais je ne fais surtout pas l'amalgame.))
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Calamity Jane le Jeu 19 Jan - 2:27

Naguib je ne te connais pas mais je trouve qu'en matière de caricature tu es très fort; car c'est très facile de réduire tout à la discrimination et au racisme; d'ailleurs le racisme ça couvre beaucoup de choses: les luttes de pouvoir qu'on doit confronter chaque fois qu'on doit braver une administration par exemple, n'est ce pas une forme de racisme? Et puis le racisme c'est inter-actif.
Quant aux chiffres tout le monde sait très bien qu'on peut leur faire dire tout et n'importe quoi; tes exemples relèvent du fait divers; c'est ça que j'appelle de la caricature aussi.
Le modèle français, je suis d'accord il est peu enviable et en jugement de valeur ce n'est pas un modèle... Je me demande d'ailleurs pourquoi il y en a tant qui s'accrochent. Pourquoi ne pas tenter sa chance dans un autre pays d'Europe moins discriminatoire comme l'Angleterre par exemple mais où on a moins le choix de ne pas travailler?
Quant à Le Pen et consort, encore un faux débat, de toute façon, plus il y aura le bordel en France, plus l'extrême-droite se frottera les mains.
Moi je crois que depuis des dizaines d'années on a fait tout et n'importe quoi en matière d'éducation et on a surtout laissé le laxisme et le bordel s'installer à commencer par nos politiques... pas de chance, c'est la gauche qui a donné l'exemple en 81...
c'est une déçue du socialisme qui parle...

Calamity Jane
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Naguib le Jeu 19 Jan - 12:16

Après coup (et une bonne nuit de sommeil....) je conçois bien le fait que je me soit laissé emporter par mes sentiments dans ce débat.... J'aurais surement pas du prendre ce problème (auquel je ne suis pas confronté) à coeur !


Dernière édition par le Dim 22 Jan - 20:26, édité 1 fois
avatar
Naguib
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 35
Localisation : Chilly-Mazarin
Date d'inscription : 25/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

...

Message  malcolmx le Dim 22 Jan - 14:47

bien naguib, peu importe le sujet sur lequel nous débatons au cours de notre vie, notre retour sera toujours vers la même destination.

malcolmx
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 19/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Mallory le Dim 22 Jan - 17:58

Ca c'est le post le moins clair de l'histoire du post.
Bonjour Malcomx, tu peux développer?
avatar
Mallory
*Acteur(trice) oscarisé(e)*

Nombre de messages : 438
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Calamity Jane le Dim 22 Jan - 18:20

ça ça ressemble à: le débat ne vaut rien rien mais rien ne vaut le débat! Ah! masturbation intellectuelle quand tu nous tiens....

Calamity Jane
*Est l'image d'une grande marque de nettoyants sanitaires*

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les joies de la banlieue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum